Nathalie APPERE Nathalie APPERE © DR

Nathalie Appéré est née à Ploemeur, dans le Morbihan, en 1975. Munie d’un DEA Action publique et territoriale de l’IEP de Rennes, elle travaille dans le conseil aux collectivités puis dans le développement social local, avant de s’engager au Parti socialiste en 1995.

En 2001, elle devient adjointe au maire déléguée à la vie associative, puis première adjointe déléguée à la solidarité et vice-présidente de Rennes Métropole. Elle est élue députée de la 2ème circonscription d’Ille-et-Vilaine en 2012. Elle remporte en 2014 les élections municipales et devient la première femme maire de Rennes. Elle est nommée présidente de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) en 2015. L’agence qu’elle préside n’a, depuis, cessé de monter en puissance, à mesure qu’augmentaient les crédits publics consacrés à la rénovation du parc privé de logements – passoires énergétiques, copropriétés dégradées, logements inconfortables, ces trois catégories étant souvent cumulatives. Ainsi, pour 2019, c’est un budget d’intervention en hausse de près de 10 % qu’a adopté, à l’unanimité, le conseil d’administration, le 28 novembre. 874,1 M€ qui devront permettre, a indiqué l’Anah, « l’amélioration et la rénovation de 120 000 logements, soit une augmentation d’activité de 15 % ». Les priorités d’intervention, pour l’année prochaine, sont, comme auparavant, organisées autour de deux axes, « étroitement liés : la lutte contre les fractures sociales et territoriales et la lutte contre la précarité énergétique ».

Contre les fractures sociales et territoriales, l’Anah va déployer ses dispositifs d’ingénierie et d’aides aux travaux, particulièrement dans les 222 communes du plan Action cœur de ville, et lancer les premières actions opérationnelles du plan Initiative copropriétés, annoncé en octobre. En lien avec ces deux programmes nationaux, afin de soutenir et d'accompagner les collectivités dans la définition et le pilotage de leurs opérations d’amélioration de l’habitat privé, le budget d’ingénierie (75 M€) est en augmentation de 15 % par rapport à 2018. Par ailleurs, 100 M€ seront consacrés à l’adaptation des logements à la perte d’autonomie (30 000 ménages aidés). Au titre de la lutte contre la précarité énergétique, l’Anah consacrera notamment 624 M€ au programme Habiter mieux, dont l’objectif est de permettre à 75 000 ménages vivant dans des logements inconfortables de réduire leur facture. Pour les copropriétés dégradées, spécifiquement, l’Anah renforce en 2019 ses aides directes dans les domaines de la gestion urbaine de proximité, le redressement et la gestion, et les travaux d’urgence.

Les 100 qui font la ville

Les 100 qui font la ville, un hors-série du magazine Traits Urbains

Suivez-nous