Adeline CHAMBE Adeline CHAMBE © DR

Passée par le cabinet de Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris en charge de l'urbanisme, de l'architecture et des projets du Grand Paris, Adeline Chambe est devenue, début novembre, la directrice de l’aménagement de Paris Batignolles Aménagement (PBA).

 Paris Batignolles Aménagement, dont le deuxième plus gros chantier, après Clichy-Batignolles (17e arrondissement) est le projet Saint-Vincent de Paul (14e), confirme, avec la nomination d'Adeline Chambe au poste de directrice de l'aménagement, un virage vers un aménagement négocié, co-construit, adaptable et participatif, à l’image de ce qu’ont réalisé, avec les Grands Voisins, les associations Aurore et Yes We Camp (lire le portrait de Nicolas Détrie), et la coopérative Plateau Urbain (lire également le portrait de Simon Laisney), qui gèrent – et font vivre –, depuis 2011, le site de l’hôpital désaffecté. En charge, depuis 2016, de l’aménagement du futur écoquartier, PBA s’inscrit – elle le revendique – dans la continuité de cette occupation temporaire qui a marqué les esprits – et attiré des centaines de milliers de visiteurs de toute la métropole. « En quelques années seulement, le site de Saint-Vincent-de-Paul s’est affirmé autour des Grands Voisins comme un lieu d’expérimentation aux dimensions multiples. Aujourd’hui, le projet d’aménagement urbain entretient cette dynamique, qui s’exprime particulièrement dans deux champs d’innovation : l’écologie urbaine et la ville collaborative », expliquaient, en juin dernier, les dirigeants de PBA, à l’occasion d’une conférence de présentation de cette seconde étape de la transformation du site.

La convention de mise à disposition précaire de l’ensemble du site avec les collectifs qui l’animaient a pris fin en mars 2018 pour se renouveler, sur une partie du site, « avec une vocation plus poussée de préfiguration du futur projet ». Ainsi, jusqu’en juin 2020, les trois structures - Aurore, Yes We Camp et Plateau Urbain - occuperont la partie du quartier située le long de l’avenue Denfert-Rochereau et travailleront en partenariat avec l’aménageur pour « amorcer la transition vers le projet urbain » : ce que PBA appelle la « phase d’incubation ». « L’expérimentation urbaine se poursuit désormais dans la conduite du projet et se traduit, en particulier, dans les modalités de cession des droits à construire à travers les différents modes de consultation », précise Paris Batignolles Aménagement.

4 BaÌt. Pinard  Anyoji Beltrando bis

Les toits des bâtiments existants seront utilisés, notamment pour les cours de récréation de l’école maternelle. © Anyoji Beltrando

Les 100 qui font la ville

Les 100 qui font la ville, un hors-série du magazine Traits Urbains

Suivez-nous