Julie HEYDE et Eulalie BLANC Julie HEYDE et Eulalie BLANC © DR

Lauréate des Défis urbains 2018, l’équipe expérimente de façon poussée l’inclusion des habitants dans les processus de fabrication de la ville.

 Architecte urbaniste de formation (Ecole d’architecture et de paysage de Bordeaux), Julie Heyde vit à Marseille et travaille entre la cité phocéenne et la capitale, les deux villes d’accroche de DVTup. Cette structure d’économie sociale et solidaire accompagne les maîtres d’ouvrages et gestionnaires pour « faire avec » les usagers. Après plusieurs années de collaboration dans des agences parisiennes - notamment Habiter Autrement -, Julie Heyde fonde, en 2010, l’atelier d’architecture Criss Crossing (nom traduisant le désir de créer du lien et des rencontres), avec « la volonté d’aborder la maîtrise d’œuvre sous un nouvel angle d’approche plus inclusif ». En 2015, elle développe une activité parallèle centrée sur l’expertise d’usage et l’implication des usagers dans la fabrique de la ville, et teste, via l’association UpUpUp, une méthodologie pour permettre aux usagers de s’impliquer dans la conception et la vie des territoires. En 2016, DVTup voit le jour, après un an de recherche appliquée sur le projet 104 Barbus, porté par l’association UpUpUp.

Persuadée que c’est en associant des compétences diversifiées que le projet trouvera son équilibre, Julie Heyde fait la rencontre d’Eulalie Blanc. Celle-ci, diplômée de Skema Business School (anciennement ESC Lille), avec une spécialisation en entrepreneuriat et gestion de projet, a commencé sa vie professionnelle au service d'une ONG de promotion du commerce équitable au Mexique, puis en tant que conseillère commerciale adjointe de l'ambassade du Pérou à Paris, puis enfin, pendant cinq ans, chez Polymont Engineering, société de conseil et d'ingénierie, comme cheffe de projet développement commercial. Sa rencontre avec Julie Heyde en 2016, avec qui elle partage « des valeurs humanistes et la volonté de participer à la création d'une société plus inclusive et éthique », fait naître chez elle la conviction que la ville et l'urbain représentent « à la fois des enjeux considérables pour recréer des espaces de lien social, mais également des leviers formidables pour rendre les citoyens acteurs de la transformation de leurs territoires et de la société ». En associant leurs compétences – architecture et économie sociale et solidaire –, les deux jeunes femmes mènent ensemble le développement de DVTup. Elles s’attèlent à « rendre l’implication des usagers incontournable dans la fabrique de la ville ».

DSC00023 bis

A Bondy, pour ICF La Sablière, réappropriation d’un espace collectif par les habitants, incités par l’animation de « salons urbains » dans l’espace central de la résidence, à co-concevoir l’intervention sur ce site (avec le collectif YA+K). © DVTup

Les 100 qui font la ville

Les 100 qui font la ville, un hors-série du magazine Traits Urbains

Suivez-nous