Hervé GATINEAU Hervé GATINEAU © DR

Directeur des grands projets chez Eiffage Immobilier Méditerranée, Hervé Gatineau teste les nouveaux modes de production de l’industrie immobilière sur Smartseille, îlot démonstrateur low cost-easy tech d’Euoméditerranée. Des bureaux de LVMH aux parkings lyonnais jusqu’à l’écoquartier Smartseille, vitrine de l’écocité Euroméditerranée à Marseille... Hervé Gatineau est un « bébé Eiffage », comme s’en amuse cet ingénieur formé à l’ESTP. Une fidélité rare en ces temps de mercato permanent chez les promoteurs.

 En près d’un quart de siècle, ce jeune quinqua en charge des grands projets immobiliers chez Eiffage Méditerranée a gravi un à un les échelons dans les filiales de la major du BTP : dix premières années au sein de la SNSH (1992-2001) où il a eu à gérer quelques chantiers phares de la capitale. En 2003, il met le cap sur Lyon pour s’occuper des parkings au sein de la filiale ad hoc du groupe qui venait de se monter. En 2005, il achève le triptyque « PLM » en gagnant Marseille. Dans la deuxième ville du pays, il lance plusieurs programmes qui ont pour dénominateur commun la reconversion urbaine : « l’écoquartier Smartseille sur Euromed’ II, l’îlot Chanterelle, programme de renouvellement urbain de 317 logements près de la gare Saint-Charles, et le chantier de transformation de l’ancien siège art déco de la SNCM, sur les quais du port en pôle mixte bureaux-logements ». Autant d’opérations qui auront mis du temps à émerger, évoluant au gré de la révolution numérique. « En vingt ans, le métier s’est complexifié. Le millefeuille juridique s’est épaissi. Simultanément, la demande des habitants a évolué », observe le promoteur. Désormais, « le logement n’est plus un investissement patrimonial mais un produit d’usage. Pour le client, la surface compte moins que les services ». La voiture, par exemple, a perdu de son aura : « elle n’est plus un marqueur social pour les jeunes urbains. Ces derniers privilégient l’accès au numérique. Et leurs choix sont effectués en amont sur le web. Cela nous oblige à revoir notre stratégie marketing », déroule Hervé Gatineau.

Cette mutation, Eiffage en teste les réponses sur Smartseille, démonstrateur urbain de 58 000 m2 qui sort de terre sur une friche industrielle de la zone arrière-portuaire (2,8 ha). « On est parti d’une page blanche avec la Ville et Euroméditerranée. On a eu la possibilité de pousser le curseur le plus loin possible. Une démarche qui a pour fil rouge le “low cost-easy tech” : des dispositifs simples et économiques. Les pièces nomades qui peuvent se plugger à volonté à tel ou tel logement, les parkings mutualisés pour les bureaux le jour et les logements la nuit, une conciergerie, etc. ». Dans cette expérimentation, Eiffage enfile les habits d’ensemblier. « Exit la mise en concurrence classique. Monter une opération de ce type implique de la souplesse dans le montage administratif et la capacité d’assumer le temps long inhérent à tout projet urbain ».

62 RESIDENCE LE CASTEL MARSEILLE 28.08.2018 bis

Le Castel, projet mixte regroupant bureaux, résidence tourisme 4* et commerces haut de gamme à proximité du port. © WA

Les 100 qui font la ville

Les 100 qui font la ville, un hors-série du magazine Traits Urbains

Suivez-nous