Jacqueline OSTY Jacqueline OSTY © Patrick Garçon-Nantes Métropole-Samoa

Jacqueline Osty, formée à l’Ecole du paysage de Versailles, a été consacrée cette année par le Grand prix national du paysage avec In Situ (lire le portrait d'Emmanuel Jalbert), la Ville et la Métropole de Rouen, pour la promenade fluviale rive gauche.

A Rouen comme sur l’Ile de Nantes, où elle a succédé fin 2016 comme mandataire (avec Claire Schorter), au tandem Smets-Depuydt, Jacqueline Osty définit ainsi le rôle du paysagiste : « mieux équilibrer les pleins et les vides d’un projet urbain ; passer du petit au grand, du quotidien au métropolitain, relier le proche et le lointain pour essayer de donner un sentiment d’appartenance à un territoire ». A Rouen, elle a travaillé sur la manière de relier la ville à son fleuve, de tisser le port avec la ville, et opéré un gros travail de renaturation et de recréation d’un sol, d’un socle, qu’il soit naturel (la terre, l’eau…) ou urbain (les sous-sols, les rez-de-chaussée…). A Nantes, en partant, là aussi, de la géographie, elle a défini un système paysager sous-tendant tout l’aménagement de l’ouest de l’île, un tissage vert associé à une forte complexité programmatique. Jacqueline Osty a été nominée au Grand prix de l’urbanisme 2018.

4 IDN vue confluence axo L bis

Ile de Nantes : un « tissage vert » relie les différentes parties de l’île. © Atelier Jacqueline Osty & Associés

Les 100 qui font la ville

Les 100 qui font la ville, un hors-série du magazine Traits Urbains

Suivez-nous