au premier plan de gauche à droite : Alexis Bisiaux, Clémence Forest, Chantal Guitton au second plan de gauche à droite : Ea Mathieu, Emeline Baume et Claire Dugard au premier plan de gauche à droite : Alexis Bisiaux, Clémence Forest, Chantal Guitton au second plan de gauche à droite : Ea Mathieu, Emeline Baume et Claire Dugard © DR

Toposcope est une Scop pluridisciplinaire. Ses membres défendent « une vision ouverte, fédératrice et plurielle de l’espace » et traduisent dans leurs projets « intérêt général, qualité écologique et équité sociale » mais aussi « la qualité d’usage essentielle aux espaces vécus ».

L’approche par le biais de l’usage leur permet d’aborder à la fois « la relation des habitants avec leur environnement et les questions écologiques ; les liens relationnels entre les personnes et leurs nécessaires retranscriptions spatiales ; la dimension sensible de nos existences, faite de perceptions sensorielles et de représentations symboliques des lieux ; les modes de vie existants ou souhaitables ; le niveau de changement soutenable dans le contexte de chaque projet », et non de viser « la richesse des matériaux utilisés », ni « la photogénie de la réalisation finale ». Le diagnostic technique est doublé d’un diagnostic d’usage ; un projet d’usage adapté au contexte local et aux besoins est élaboré ; il sert de base à la conception du projet spatial. Toutes les échelles du projet sont considérées du point de vue de la qualité d’usage, du détail ergonomique à la cohérence d’ensemble.

Toposcope ambitionne de mettre « sur un pied d’égalité les usagers, les acteurs locaux, les élus et les concepteurs ». Ils mettent en œuvre plusieurs outils dans ce but : travail en résidence et immersion dans la vie locale, utilisation de différentes techniques de concertation suivant les besoins, emploi ou réemploi des ressources matérielles et humaines disponibles, utilisation de travaux artistiques. « L’intégration active de la concertation par Toposcope génère aussi du lien social, aide chacun à prendre conscience des besoins des autres, place les usagers dans une recherche de consensus. Cela crée une dynamique positive pour chaque projet qui, fortement porté par les habitants, résiste ainsi mieux à la temporalité longue du travail sur la ville », souligne l’équipe.

TOPOSCOPE EspPub IsleAbeau ter

Aménagement du Parc Saint Hubert pour la commune de l’Isle d’Abeau. Toposcope (mandataire) + C2i Conseil (Be VRD) : un projet croisant les envies des habitants, les nécessités du site, les potentialités des lieux, les  moyens disponibles de la régie des espaces verts en parallèle des entreprises. © Toposcope

Les 100 qui font la ville

Les 100 qui font la ville, un hors-série du magazine Traits Urbains

Suivez-nous